POÈMES AUTOUR DE L’AUTOMNE AU CP

 

poèmes sur l'automne présentation

 

Les trois poèmes dont il est question aujourd’hui sont très connus, et bien adaptés pour des CP. En plus des textes à photocopier, vous trouverez ci-dessous quelques idées d’illustrations pour les agrémenter.

 


Je vous ai déjà parlé du cahier de poésie dans cet article, et de la façon dont on peut le personnaliser. L’intention est d’en faire un objet agréable à regarder et dont on a envie de prendre soin. Pour ça, les illustrations ont aussi leur importance. Dans ma classe, il y avait toujours au moins une séance qui y était consacrée. Dans la mesure du possible, j’essayais de varier les techniques, ainsi que les espaces de créativité. Certaines activités, une fois lancées, pouvaient être reprises en autonomie tout au long de la semaine. Enfin, je veillais à proposer une illustration rapidement réalisable si la précédente avait demandé plus de temps.

Voici donc trois, ou plutôt quatre idées pour poèmes de début d’automne.

Les raisins et les pommes

les raisins et les pommes

 

J’aime beaucoup ce poème, d’abord parce qu’il entre bien en résonance avec le calendrier de septembre, ensuite parce que malgré sa taille, il est facile à apprendre et plaît aux élèves.

des raisins et des pommes

 

 

 

 

 

Deux possibilités d’illustration :

Système du tampon

Pour cette réalisation, vous aurez besoin de peinture acrylique, de bouchons de liège, de toutes petites pommes à couper en deux et de feutres.

D’abord, vous préparez trois coupelles remplies d’un mélange de peinture bleue et de rouge. Dans la première, vous mettez autant de bleu que de rouge. Dans la deuxième un peu plus de rouge, et encore plus dans la troisième.

WP_20190827_20_18_31_Pro

Au milieu de la feuille à dessin, vous tracez ensuite au crayon une forme vaguement triangulaire, que l’élève devra remplir. Pour avoir moi-même essuyé bien des plâtres, voici ce que je vous conseille si vous ne voulez pas récolter un gros pâté qui n’aura de raisin que le nom : l’élève trempe un bouchon dans la première coupelle (autant de bleu que de rouge) et doit le poser sept fois à l’intérieur de la forme, en répartissant bien les ronds.WP_20190828_09_56_50_Pro Avec un autre bouchon qu’il trempera dans la deuxième coupelle (un peu plus de rouge que de bleu), il appose sept autres ronds en essayant de combler les espaces. Cette fois, les ronds vont commencer à se chevaucher. Enfin il termine avec un troisième bouchon trempé dans la troisième coupelle qu’il devra poser six fois, et pas une de plus. On obtient donc une grappe à vingt grains. Attention, il faut bien tremper le bouchon dans la peinture après chaque opération et seulement appuyer sur la feuille. L’élève doit contrôler ses gestes.

WP_20190827_20_38_57_Pro

 

Sur l’espace restant libre, on procède de même avec une moitié de pomme dont on passe la surface au pinceau trempé dans un mélange de jaune et d’orangé. Par contre ici, il faut en mettre très peu et bien appuyer.

WP_20190828_10_17_44_Pro

 

 

 

 

Une fois la peinture sèche, il ne reste plus qu’à ajouter quelques éléments aux feutres : pépins de pommes, queues, feuilles etc.

découpage et collage

WP_20190815_18_00_04_ProC’est simple, il faut découper tous les éléments, panier et fruits, et les agencer de façon à créer une impression de volume (là c’est moins simple, votre aide sera précieuse). Certains fruits seront donc à moitié cachés mais ne devront pas disparaître complètement (c’est du vécu).

fruits pour des raisins et des pommes

img paniers pour des raisins et des pommes

Feuille rousse, feuille folle

feuille rousse feuille folle

Nous voici encore avec un système de tampon. Je pense que vous connaissez, je ne m’étends donc pas. Le petit plus, quand-même, c’est le cadre, réalisé avec des crayons de cire posés bien à plat sur le bord de la feuille.

empreinte-feuille

 

Si vous ne souhaitez pas recourir deux fois à la même méthode, vous pouvez remplacer le principe du tampon à la peinture par celui des empreintes aux crayons de cire. C’est aussi très joli. (photo tirée du site « cabane à idées »)

empreinte de feuillesJ’aime particulièrement celle-ci, pour le mélange des couleurs qui apporte plus de relief. Je l’ai prise sur le site canadan wildlife car je n’ai plus de modèle personnel. (http://blog.cwf-fcf.org/index.php/fr/cinq-choses-a-faire-avec-des-arbres/)

L’automne

l’automne M Carême

J’ai utilisé cette illustration plusieurs années de suite, pour différents poèmes car elle est à la fois simple à réaliser, elle plaît beaucoup aux élèves et le rendu est plutôt agréable. La procédure est la suivante :

— Les élèves vont d’abord tracer trois grandes arabesques au crayon, figurant les mouvements du vent. Pour la première, ils partent du coin en haut à gauche et doivent arriver en bas à droite. Ils démarrent la deuxième en haut à droite et la terminent en bas à gauche. La troisième débute au milieu du bord supérieur et s’arrête sur le bord inférieur. Insistez bien auprès de vos élèves sur le fait qu’ils devront repasser ces lignes au feutre, il ne faut donc pas trop « tourbillonner », sinon on obtient un gribouillage impossible à démêler.

— Cinq à sept feuilles sont ensuite dessinées dans tous les sens. Il faut leur donner des formes différentes. Pour modèle, vous pouvez afficher quelques feuilles d’arbres au tableau, récoltées lors d’une sortie ou apportées par les élèves. Si vous n’en avez pas, des photos pourront suffire.

— Le contour des feuilles est repassé au feutre puis l’intérieur colorié aux crayons de couleur.

— Les arabesques peuvent maintenant être retracées au feutre. Une couleur pour chacune. Sur mes modèles, vous voyez que certaines passent au dessus des feuilles, et d’autres non. Pour simplifier, vous pouvez décider par exemple que la première et la deuxième ligne ne traverseront aucune feuille et que seule la troisième pourra le faire. Cela donne une (légère) impression de volume.

WP_20190815_18_03_15_Pro-001— Pour finir, toutes les « zones » du bord de la feuille sont teintées à la craie à tableau. Il faut colorier toute la surface puis estomper au doigt et enlever le surplus. C’est un peu comme utiliser des pastels secs sauf que le rendu est beaucoup plus doux et l’utilisation plus facile. L’avantage aussi est que les « dépassements » s’effacent facilement à la gomme. Une fois que vous aurez laqué le tout, ça ne bougera plus. Pas besoin d’un fixatif hors de prix, la laque premier prix est suffisante. La technique de la craie à tableau est vraiment géniale, elle permet de réaliser des fonds en quelques minutes, et elle donne du relief et de la valeur au moindre dessin d’enfant. D’ailleurs, une fois que les élèves connaissent la méthode, ils en redemandent et finissent par l’utiliser d’eux-mêmes.


À très bientôt pour une autre série de poèmes et leurs illustrations.

Une réflexion sur “POÈMES AUTOUR DE L’AUTOMNE AU CP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s