COMMENT FAIRE POUSSER UN ARBRE AU CE1

En automne, les élèves aiment bien apporter leurs récoltes de graines, (glands, marrons, châtaignes…), après les promenades dominicales en famille. Ce sont de petits trésors naturels qui peuvent servir à de nombreuses activités plastiques. Et si vous essayiez d’en planter quelques-uns ?


Même si vous habitez en plein cœur d’une grande ville, vous n’aurez aucun mal à trouver des marronniers car ce sont des arbres qui garnissent nombre de parcs. Et ça tombe bien car les marrons germent très bien et surtout très vite.

J’avais tenté l’expérience il y a quelques années avec ma classe de CE1, et les élèves avaient été fascinés par les résultats. Vous vous en doutez, tout commence par une lecture.

Fiche technique

Comme dans l’article sur le thème de la pomme, ce texte est tiré de l’album « La nature en 101 questions : au jardin ». Je n’ai sélectionné que le début, qui explique la procédure de plantation. Le reste décrit la croissance de la graine, et j’ai jugé qu’il serait mieux de le faire au sein de la classe, au fil de l’évolution de la plante.

Après avoir déterminé de quel type de texte il s’agit (une fiche technique), les élèves le lisent en silence. La fiche d’exercice est jointe au fichier.

Plantation des graines

Comme je vous le disais plus haut, ce sont les marrons qui poussent le mieux. Lors de mon expérience avec ma classe, nous avons constaté que de nombreuses autres graines n’avaient pas germé.

Je vous suggère donc de faire pousser un marron par élève (vous verrez pourquoi plus bas), plus quelques autres pots « témoins » avec des glands, des châtaignes ou des faines, et des pots supplémentaires de marrons (vous en comprendrez aussi la raison tout à l’heure). Et pourquoi ne pas tenter de faire pousser un noisetier ou un noyer ?

Placez les pots à l’extérieur, dans un endroit abrité du vent mais qui recevra l’eau de pluie. Si c’est possible dans votre école, grouper vos plantations près d’un lieu de passage facilitera l’observation quotidienne de la germination. À cet effet, rangez les pots dans des cagettes, ce qui leur évitera de tomber tout laissant s’écouler l’eau tombée du ciel.

Suivi des germinations

Prenez des photos des plants germés, photocopiez-les et faites-les légender par les élèves, comme sur les schémas en exemple. Vous pouvez remplacer le décompte des jours par la date. Gardez un exemplaire de chaque photo, et affichez-les au mur les unes derrière les autres, de façon à constituer une frise chronologique.

Si vous avez la chance de voir pousser un petit châtaignier ou un mini-chêne, établissez une deuxième frise, ce qui vous permettra de faire comparer la vitesse de germination en fonction de l’arbre.

Ne jetez pas les pots qui n’auront pas germé. Souvent, certaines graines vont laisser passer l’hiver avant d’oser sortir le bout de leur tige.

Suite de l’expérience

Rempotage

Quand la plante aura pris un certain essor, il vaudra mieux ne pas la laisser dans sa bouteille car les végétaux se portent toujours mieux dans un pot en terre. Profitez de la venue du printemps pour effectuer un rempotage, et laissez les plantes à l’extérieur. Si le temps devient sec, pensez à faire effectuer des arrosages réguliers.

Et ensuite ? Faire pousser une plante pour au bout du compte la laisser mourir n’est pas à mon sens un bon exemple à donner. Aussi, le printemps étant maintenant bien avancé, pourquoi ne pas rediriger votre expérience scientifique vers un autre objectif ? Je m’explique : le petit arbre nouveau né servira de prétexte au cadeau de fête des mères, voici comment.

Décoration du pot

La plante étant déjà dans son pot, l’opération risque d’être délicate. C’est pourquoi il vaut mieux ne pas tenter la peinture. Chaque élève posera son pot sur une boîte, afin de le surélever un peu et d’éviter les basculements malheureux. Il aura juste à faire tourner la boîte pour effectuer ses décorations. Si vous n’avez pas suffisamment de boîtes, une pile de livres recouverte d’un sac plastique fera l’affaire.

La décoration peut se faire au moyen de feutres type Posca, avec collage d’éléments divers de loisirs créatifs : boutons, petits motifs en feutrine adhésive ou autres strass. Pour un collage sans danger, le vernis-colle fonctionne très bien.

Mais vous pouvez aussi vous faciliter la tâche en faisant confectionner un joli cache-pot en papier, carton ou autre. Regardez les idées que j’ai piochées pour vous.

Surprise supplémentaire

Pour ajouter du piment à ce cadeau, faites semer trois ou quatre graines de capucine naine par pot, en précisant aux enfants qu’ils ne devront rien dévoiler. Ce sera une surprise pour leur maman qui découvrira ce petit plus au fil des semaines. Je l’avais fait une fois, non pas avec un petit marronnier mais avec une plante verte. Les retours des parents avaient été chaleureux.

Auparavant, vous aurez utilisé le sachet de graines de capucines comme fiche de lecture technique. Je l’ai noté dans un coin, vous aurez droit à un article à ce sujet dans le courant du printemps. D’ici là, joyeux automne à vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s